hypothyroïdie

L'hypothyroïdie est une maladie de la glande thyroïdienne très fréquente chez le chien et plutôt rare chez le chat.

De nombreuses maladies qui ne sont pas d'origine thyroïdienne chez le chien peuvent présenter des signes cliniques semblables à l'hyperthyroïdie. L'hypothyroïdie est une maladie pour laquelle le traitement médical offre de bonnes chances de succès chez le chien. Pour aider les propriétaires et les sensibiliser sur cette maladie, on a reporté, sur cette page, les questions plus fréquemment posées au vétérinaire par les propriétaires. Chaque question est accompagnée par une courte réponse. Au cas où le lecteur voudrait recevoir un complément d'informations, il pourra contacter le Dr. Eric Zini, responsable du service spécialisé en Médecine Interne, à l'adresse e-mail suivante: 
eric.zini@istitutoveterinarionovara.it 

Qu'est-ce que l'hypothyroïdie? 
C'est une condition pathologique caractérisée par une production mineure d'hormones thyroïdiennes, comme la tyroxine (T4) et la triiodothyronine (T3); on la trouve très souvent chez les chiens mais elle est beaucoup plus rare chez les chats. 

Quelles sont les hormones thyroïdiennes et à quoi servent-elles? 
Les hormones thyroïdiennes sont produites par la thyroïde et passent dans l'appareil circulatoire par la stimulation de l'hormone thyréotrope (TSH) produite par l'hypophyse. L'hypophyse est contrôlée à son tour par l'hormone qui provoque la libération de la thyréotrope (TRH) produite par l'hypothalamus. Les hormones thyroïdiennes ont de nombreuses fonctions dans l'organisme. Elles soutiennent l'activité métabolique de nombreux tissus dans l'organisme et augmentent la consommation d'oxygène. La T3 est environ trois à quatre fois plus puissante que la T4. 

Quels types d'hypothyroïdie existe-t-il chez le chien et chez le chat? 
L'hypothyroïdie peut être acquise ou congénitale. 
L'hypothyroïdie congénitale est extrêmement rare chez les petits animaux. Les chiens et les chats qui en sont affectés reçoivent le diagnostic de cette maladie, le plus souvent, dès leur plus jeune âge. Lors d'une visite médicale on observe qu'ils sont plus petits (nanisme) puisque le développement du squelette est ralenti, et ces animaux peuvent apparaître plus fatigués et léthargiques car il y a aussi un ralentissement de l'activité mentale. En outre, la peau peut avoir des zones alopéciques. La maladie est plus communément due à un dérangement congénital de la thyroïde. La thyroïde chez les chiens et les chats qui souffrent d'hypothyroïdie congénitale n'est pas en mesure d'accomplir la synthèse des hormones thyroïdiennes. L'hypothyroïdie congénitale est héréditaire chez certaines races de chien, parmi lesquelles les Toy Fox Terrier et les Rat Terrier. 
L'hypothyroïdie acquise se divise en primaire, secondaire et tertiaire, selon la localisation des troubles. On parle d'hypothyroïdie primaire lorsque c'est la thyroïde qui a un problème pathologique compromettant sa fonction; dans ce cas, les formes plus communes sont les thyroïdites lymphocytaires et les atrophies thyroïdiennes. Les formes secondaires concernent l'hypophyse et sont caractérisées par une carence en TSH et les formes tertiaires sont caractérisées par une carence en TRH. Les formes secondaires ont été rarement décrites et les formes tertiaires n'ont jamais été décrites pour le chien. 

Quand dois-je soupçonner l'hypothyroïdie chez mon chien? 
Les hormones thyroïdiennes sont impliquées dans le métabolisme pour presque toutes les fonctions de l'organisme; une carence de ces hormones porte donc à un cadre clinique aspécifique, commun à beaucoup d'autres maladies. 
L'apparition de l'hypothyroïdie acquise se manifeste vers les 7 ans et les races canines qui risquent le plus d'en être atteintes sont les Golden Retriever et les Doberman. Les signes cliniques les plus fréquents sont la léthargie, la diminution de l'acuité mentale, l'augmentation du poids (malgré un appétit réduit ou normal), l'intolérance à l'effort physique et la sensibilité au froid. Il n'est pas rare qu'un chien hypothyroïdien soit en surpoids ou obèse. Environ les deux tiers des chiens hypothyroïdiens ont des anomalies cutanées comme l'alopécie, la séborrhée, l'hyperkératose et l'hyperpigmentation. La peau des chiens hyperthyroïdiens est prédisposée aux infections bactériennes. D'autres altérations que l'on peut observer, bien que moins fréquentes et controversées, sont les troubles de la reproduction, les troubles neurologiques (paralysie laryngée, mégaœsophage, changements dans le comportement), les altérations oculaires (dépôt de cholestérol cornéen, lipémie dans la chambre antérieure) et de l'appareil cardio-circulatoire. 

Comment diagnostiquer l'hypothyroïdie chez le chien? 
Les altérations plus souvent observées lors d'analyse de sang chez les chiens hypothyroïdiens sont une anémie légère, une augmentation variable du taux de cholestérol et des triglycérides. De telles altérations sont toutefois aspécifiques. Donc, pour confirmer le diagnostic, il est nécessaire d'effectuer des examens médicaux supplémentaires. Chez les chiens ayant des signes cliniques se rapportant à l'hypothyroïdie, il est fondamentale de mesurer certaines hormones comme il est expliqué ci-dessous. 
Les hormones qui peuvent être mesurées dans le sang sont la T4 totale et libre, la T3 totale, la TSH basale. 
La mesure du taux de la T4 totale est très sensible mais relativement spécifique. Donc, un résultat normal consent d'exclure en toute sécurité l'hypothyroïdie, alors qu'une valeur inférieure à la normale pourrait s'observer aussi bien chez les chiens hypothyroïdiens que chez les chiens atteints par d'autres maladies. Beaucoup de maladies qui ne sont pas thyroïdiennes peuvent, en effet, réduire la concentration de la T4 totale. 
La mesure du taux de la T4 libre est très sensible et bien spécifique. Donc, un résultat normal consent d'exclure en toute sécurité l'hypothyroïdie et une valeur inférieure à la normale sera plus facilement due à l'hypothyroïdie. Autrement dit, contrairement à la T4 totale, les maladies qui ne sont pas thyroïdiennes n'ont pas tendance à réduire la concentration de T4 libre. La T4 libre représente le test unique le plus précis pour diagnostiquer l'hypothyroïdie chez le chien. 
La mesure du taux de la T3 totale est peu précise du fait que l'on peut observer des valeurs fluctuantes même chez des chiens sains. 
La mesure du taux de la TSH est modérément sensible et très spécifique. Beaucoup de chiens hypothyroïdiens peuvent avoir la TSH normale. 
Le cadre typique d'un chien atteint d'hypothyroïdie (primaire) est caractérisé par des valeurs de la T4 totale et libre inférieures à la normale et de la TSH plus élevées. 
L'exécution d'échographies, de scintigraphies et de biopsies de la thyroïde et la mesure des anticorps anti-T3, anti-T4 et anti-thyroglobuline peuvent aider ultérieurement pour le diagnostic lors de cas plus complexes. 

Comment traiter l'hypothyroïdie chez le chien? 
La thérapie à choisir pour l'hypothyroïdie consiste dans l'administration d'hormones thyroïdiennes synthétiques par voie orale, en particulier la L-tyroxine (T4). La T3 synthétique n'est généralement pas utilisée, mais toutefois elle est adoptée pour certains chiens hypothyroïdiens pour lesquels la L-tyroxine (T4) semble apporter peu de bénéfices. 
Le succès de la thérapie administrée aux chiens hypothyroïdiens est atteint lorsqu'il y a la guérison des symptômes et des altérations observées lors d'analyse de sang et lorsque les hormones thyroïdiennes (T4 totale) sont dans la normalité. Le monitorage des chiens hypothyroïdiens prévoit des visites périodiques chez le vétérinaire. Au début les contrôles se font toutes les 2-4 semaines, ou bien selon la nécessité. Successivement, si le chien hypothyroïdien est stable du point de vue clinique, les contrôles se feront tous les 4-6 mois. 

Est-il possible de guérir de l'hypothyroïdie? 
Chez la plupart des chiens hypothyroïdiens le pronostic est bon si la thérapie est administrée correctement. Par contre, pour les chiens hypothyroïdiens non traités, le pronostic sera peu favorable si le diagnostic est tardif. Quelques fois, les chiens, non traités pendant longtemps, peuvent arrivés chez le vétérinaire dans des conditions très graves. Dans ces cas, le chien a un air très abattu ou bien il est léthargique, avec de la fièvre, une pression systémique et une fréquence cardiaque réduites et un myxœdème (accumulation de liquides sous cutanée, surtout au niveau de la tête). Les chiens qui arrivent chez le vétérinaire dans ces conditions sont dans un état critique et peuvent tomber dans le coma et mourir. 

Contacts

Questions fréquentes sur l'hypothyroïdie